Et si on marchait contre ces marches inutiles?!?

8 octobre 2011

Et si on marchait contre ces marches inutiles?!?

Les centrafricains ont trouvé un nouveau truc pour résoudre leur problèmes : « La marche », c’est la tendance actuelle en Centrafrique. Le 21 septembre 2011, des milliers de centrafricains ont été invité à marcher pour la paix. Une marche qui s’est terminée par une cérémonie au palais de l’Assemblée nationale présidée par le Chef de l’état en personne. Par le passé des gens avaient déjà marché pour protester contre les exactions de la LRA (l’Armée de Resistance du Seigneur de Joseph Koni), il y’a eu des marches de  soutien au Président de la République, des marches  pour ceci et pour cela, toutes les occasions étaient bonnes pour marcher.

Du coup ce sont les comités d’organisation de journée internationales et de fêtes nationales qui se sont emparés de la chose. Comme activité le Comité d’organisation de la journée mondiale de la santé mentale prévoit une marche ce lundi 11 Octobre 2011. Les femmes ont été invitées à marcher le jour de la fête des mères et ce ne sont pas les exemples de marches qui manquent.

Même si aucune activité concrète n’est organisée pour commémorer un événement quelconque à l’instar des autres pays, les gens sont invités à marcher et tac la journée est célébrée.

Bien, si cela amuse les gens de marcher, franchement je n’ai rien contre sauf que je doute vraiment des résultats de tout ce mal que se donne le centrafricain à parcourir des kilomètres à pieds au lieu de chercher les vrai solutions à leur problèmes. Réfléchissons :

A quoi cela a servi d’avoir marché des dizaines de fois contre les exactions de la LRA alors que rien n’est fait pour chasser cette rébellion étrangère du territoire national ? La preuve, la bande à Joseph Koni continue imperturbablement de semer la désolation dans l’arrière-pays. Prouvez-moi que marcher sert à sauver toutes ces vies qu’ils continuent de détruire et je vous jure que je me joindrais à la marche et le ferais même une année durant s’il le faut. Dans le cas contraire je choisis de consacrer mon énergie et mon temps à une activité plus raisonnable.

Le comble dans tout cela ? C’est quand les « marcheurs » se prennent pour des donneurs de leçons. Dans l’après-midi du 21 septembre j’ai croisé une bande de marcheurs qui me regardait d’un air suffisant et étonné en me demandant pourquoi je n’ai pas été à la marche pour la paix. « T’es pas au courant qu’il y’a marche aujourd’hui ? »

-Si si, fis-je, avec le boulot que je fais je suis au courant de beaucoup de choses qui se passent dans le pays.

-Alors la paix ça ne te dit rien ? Pourquoi tu n’as pas été à la marche?

-Parce que je trouve cela inutile.

Ils m’ont regardé comme si j’étais un ennemi de la paix.

Près d’un mois après, c’est moi qui ai raison : Babaladé le général Rebel tchadien fait sa loi dans la nana gribizi, Joseph Koni et ses rebels ougandais font pire, alors ça a servi à quoi d’avoir marché ?

Tiens, On avait oublié de marcher quand on a su que le Cholera était à nos portes, juste en RDC voisin. Aujourd’hui que cette pandémie est rentrée chez nous au lieu de penser à organiser une marche bande de plouc, pour une fois un peu d’action pour bouter cette épidémie hors de nos frontières.

Si cela pouvait arrêter cette tendance j’organiserais bien une marche contre ces marches ridicules mais bon ça servira à rien…

Partagez

Commentaires

Mo
Répondre

ca fait les muscles