Place de la reconciliation

Les questions auxquelles il faut absolument répondre pour sortir le Centrafrique du bourbier

Il est clair que le pays de Boganda est au fond du gouffre; remonter la pente pour enfin voir le bout du tunnel dépend de la volonté de tous les centrafricains à faire renaître la RCA de ses cendres. Il ya encore des chances, voici les questions auxquelles il faut répondre  pour y arriver :

1- voulons-nous la paix en Centrafrique ? Si oui, il faut savoir qu’une vendetta est le moyen le plus sûr de sombrer définitivement dans un cercle infernal de tueries qui creusera une tombe pour enterrer ce qui reste de la RCA. On a perdu des êtres chers,  on souhaite que les parents qui nous restent aient une vie épanouie de bonheur et de prospérité, or cela n’est possible que s’il ya la paix. Mais celle-ci est un processus, il faut déjà faire le premier pas, celui qui consiste à faire des concessions, à consentir des sacrifices pour garantir l’unité, la cohésion nationale et la paix conditions siné qua non pour avancer résolument sur le chemin du développement et entrer dans le concert des nations. Il est impératif de tourner définitivement la page.

Il ne faut pas tomber dans le piège de la seleka, qui essaie de faire croire qu’ils défendent la cause de la communauté musulmane. Djotodja l’a dit : « vous voulez qu’une seule communauté dirige le pays (…) si vous ne voulez pas on divise le pays en deux »…ça donne une idée claire des motivations de la seleka.

Piller les musulmans sont des actes tout aussi criminels que ceux qui nous ont fait perdre des êtres chers et cela n’honorent pas leurs mémoires. S’en prendre à d’autres personnes pour se venger enfonce d’avantage le pays dans un cycle de violence sans fin. Il n’ya pas d’avenir en cela, on voudrait au contraire voire un Centrafrique prospère où il fait bon vivre. Les centrafricains doivent se ressaisir et aspirer à la paix.

2- Qui assure l’ordre et la sécurité en Centrafrique ? La Misca me répondrez-vous, dans ce cas il faut primo : S’assurer de l’efficacité de cette force, les troupes françaises ont fait en une journée ce que la FOMAC n’est pas arrivée à faire en plus de 8 mois c’est à dire Désarmer une partie des seigneurs de guerre de la Seleka. Manque de volonté ? Incapacité ? je n’ai pas la réponse…Secundo, désarmer toutes les milices et autres forces en présence y compris la garde présidentielle constituée uniquement de seleka et au besoin confier cette garde à des éléments de la Misca. Un seleka qu’il soit de la garde présidentielle ou pas est un danger permanent pour la population tant qu’il a des armes en main. Ces mecs se comportent en vrai djihadistes, il y’en a qui se déguisent en civils et se fondent dans la masse pour échapper au désarmement, ce sont eux qui donnent des armes à leurs parents et assassinent la nuit les jeunes non-musulmans. Il est impératif de contrôler tout cela en les désarmant tous en faisant le porte à porte.

4- incorporer les seleka dans l’armée ? Une option à écarter : La quasi totalité de cette coalition s’est rendue coupable de crimes, viols, pillages, extorsions, enlèvements etc. Si au nom de la réconciliation on érige l’impunité en système de gouvernance, on ne s’en sortira jamais. Les auteurs de crimes depuis le coup-état de Bozize n’ayant jamais été condamnés on encourage d’autres crapules à prendre des armes et à se livrer à ce genres de barbaries si les desperados de la seleka échappent à la justice. Il ya bien eu un tribunal pour les génocides au Rwanda malgré la réconciliation

Apres la transition, nous pourrons constituer une armée républicaine forte et disciplinée dans laquelle toutes les régions de la RCA seront représentées. Une armée n’est pas une poubelle pour le premier meurtrier venu, on est pas un bon militaire parce qu’on sait tuer des gens. En même temps quand on a une armée faible, les gens viendront facilement jouer au pyromane et au sapeur pompier chez nous..

5- La question des éléments tchadiens de la MISCA ; aujourd’hui un sentiment anti-tchadien s’est développé en Centrafrique alors que depuis des décennies la RCA était une terre d’exil pour des milliers de Tchadiens fuyants la guerre civile au Tchad voisin. Ces derniers ont fait des enfants qui sont naturellement centrafricains. Cependant depuis quelques années déjà, Idris Deby fait la pluie et le beau temps en Centrafrique : Il a commencé par aider François Bozizé à renverser le Président Patassé en Mars 2003. Puis en Mars 2013, Djotodja renverse à son tour Bozize avec une coalition de rebelles constituée à plus de 90% de mercenaires tchadiens et soudanais. La seleka a bénéficié du soutien de qui? La communauté internationale a détourné les regards et a laissé faire. A l’époque le General Jean-Félix Akaga commandant de la Fomac déclarait que : « franchir la ligne rouge pour la seleka, c’était déclarer la guerre à l’ensemble des pays de la CEEAC ». La seleka a quand même franchi cette fameuse ligne rouge et prit le pouvoir, huit mois après, jour pour jour cette coalition commet des exactions sous la barbe de la FOMAC. Plusieurs fois assimilés à la seleka, se comportant exactement comme eux et évitant de les désarmer, le contingent Tchadien de la Fomac est détestée de la population centrafricaine, des voix se sont levées au CNT ( Conseil National de la Transition) ainsi que parmi la société civile pour demander le retrait du contingent tchadien de la Fomac en vain. Aujourd’hui cette force fait partie de la MISCA. Beaucoup de gens y voient une reconnaissance de la France envers Idriss déby depuis l’intervention du Tchad aux côtés des français lors de l’opération Serval au Mali.

Cependant les centrafricains doivent comprendre que le Tchadien qui vit en RCA n’a pas forcement quelque chose à voir avec ces complots qu’il faut être dans le secret des dieux pour comprendre,  et qu’en même temps beaucoup de centrafricains vivent au Tchad, nous ne pouvons pas chasser de la RCA des ressortissants de pays amis et frères, si nous résolvons nos problèmes en grands garçons, si nous pouvons nous entendre entre nous, aucune influence extérieure ne pourra mettre à mal la cohésion nationale. C’est trop facile de penser que le diable c’est l’autre, renvoyer les tchadiens ne résoudra pas le problème centrafricain.

6- Faut-il continuer à lancer des messages de haine et des appels aux armes ? Il est impératif de bâillonner Lévy Yakité et les nostalgiques de Bozizé qui lancent des messages de haine et font tout pour mettre un bâton dans les roues du processus de normalisation. Ceux qui font cela n’aiment pas la RCA et sont autant responsables des milliers de morts des centrafricains à cause de leur bêtises. Le retour du dictateur Bozize ne résoudra pas le problème centrafricain et des poursuites judiciaires devraient être lancées contre ceux qui lancent ce genre d’appel à prendre les armes.

7- Exiger la démission de Michel Djotodja ? Il est clair que garder Djotodja comme Président c’est s’exposer à un embrasement de la situation à tout moment. Il est responsable des milliers de morts d’innocents, les milices dont il est le commandant en chef se sont livrés à des crimes de guerres, crimes contre l’humanité, viols, vols, pillages. Il l’a dit lui-même il n’a pas le contrôle de tous ces desperados qui l’ont porté au pouvoir, c’était peut-être cela le deal : On te porte au pouvoir et tu nous laisse faire. Tant qu’il est Président, ses sbires créeront forcement des situations d’instabilité pour piller et tuer, ils ne savent faire que ça. Les centrafricains voient en Djotodja un criminel, il devra répondre lui aussi devant la justice.

Je dédie ces réflexions à la mémoire de mon petit-frère Seth-abel, assassiné lâchement par la seleka alors qu’il dormait dans sa chambre. Que Dieu me donne la force d’oublier cet acte impardonnable et de m’en remettre à la justice divine. Michel Djotodja et sa horde de criminels ne me réduiront jamais en silence, et comme beaucoup de centrafricains j’attends impatiemment le jour où il répondront de leurs crimes devant la justice

Une réflexion au sujet de « Les questions auxquelles il faut absolument répondre pour sortir le Centrafrique du bourbier »

  1. MOMBE Thystère

    dans les deux camps, chrétien et musulman, il y’a beaucoup de gens qui veulent la paix. ce sont les extrémiste des deux camps qui font leur efforts pour entretenir le feu

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *