La RCA est-elle victime d’un complot international ?

Il y a des choses que je ne comprends pas et qu’il faudrait peut-être qu’on m’explique. D’une part, nous sommes en face d’une situation qui pourrit chaque jour, de Bossangoa à Bangassou en passant par Bouar… Des villages entiers sont vidés de leurs habitants. Des populations fuyant les atrocités errent dans la brousse et vivent à l’état animal, les gens meurent de faim, de la maladie, du froid et surtout des Selekas.

Cela dure depuis six mois et la fin du calvaire ne semble pas pour demain. D’un autre côté les gens tiennent des discours, minimisent la situation , dénoncent parfois, condamnent de temps à autre, mais laissent faire… C’est un sablier qui s’émiette imperturbablement pour sonner le tocsin sur l’agonie finale d’une nation…

Dans mon précédent billet, j’ai parlé des personnes et entités de qui la solution ne viendra certainement pas. Mais là on est en droit de se demander si la RCA n’est pas victime d’un complot à l’échelle internationale ?

Tout observateur de la crise centrafricaine est tenté à un moment de se demander si la Seleka et ses principaux responsables ainsi que la Frocca de Bozize, Lévy Yakité et consorts ont-ils des accords secrets avec la communauté internationale ?

D’une part les responsables de la Seleka vivent paisiblement dans des hôtels de luxe et résidences de luxe qu’ils ont confisqué aux partisans de Bozizé partis en exil, pendant ce temps leurs éléments tuent, violent et pillent les populations civiles et personne ne les inquiètent. On leur demande de régulariser une situation qu’ils ne contrôlent pas.

D’un autre côté Bozizé, Levy Yakete et les autres vivent paisiblement en France avec leur famille et au nom d’un Front pour le retour à l’ordre constitutionnel organisent des attaques en RCA et déclenchent ainsi des représailles de la Seleka qui en retour massacre les populations de Bossangoa, Bohong, Boeing, Boy-Rabé etc.

Aux Nations unies c’est le statu quo, on attend cette semaine la toute première résolution de l’ONU sur la crise en Centrafrique. Jusque-là les Centrafricains ont eu droit à des communiqués évoquant une situation préoccupante et appelant les autorités et les acteurs de la crise à respecter les droits de l’homme.

Il n’y a aucune résolution ferme qui condamne par exemple les auteurs des crimes de guerre ou leurs principaux responsables . Des gens qui ont enrôlé des enfants dans le conflit, ceux qui ont commis des actes relevant de crimes contre l’humanité, les auteurs des viols. Aucune proposition de sanction, aucune résolution allant dans ce sens alors que tout montre que la Seleka a fait et continue de faire pire que Jean-Pierre Bemba en RCA. Dans le cas de Gbabgbo et ses proches qui étaient tombés sous le coup de ce genre de sanctions ils avaient en face une rébellion lourdement armée. En RCA ces crapules s’attaquent à des civils et brûlent des villages. Une rébellion qui arrive au pouvoir avec plus de 80 % d’étrangers : toute la racaille qu’on peut trouver au Tchad et au Soudan ainsi qu’au nord de la RCA. Des coupeurs de route, braqueurs, bandits de grand chemin sont aux commandes. Ils ne vivent que de vols et pillages et n’ont de compte à rendre à personne.

L’ONU attend peut-être qu’il y ait un génocide, qu’on atteigne le nombre de tués au Rwanda pour intervenir de manière ferme ?

La Cemac a échoué depuis le putsch du 24 mars 2013 et continue d’échouer lamentablement devant les exactions de la Seleka. Cependant la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale n’a pas l’intention de passer la commande à la Misca, la force de l’Union africaine, pour des raisons pécuniaires et aussi parce que certains pays de la Cemac ne veulent pas perdre le contrôle de ce qui se passe en RCA… Ils sont déjà tellement impliqués dans le conflit.

Au sommet de l’Etat, c’est l’impuissance totale face à la dégradation de la situation. Ils se sont battus pour un pouvoir, dont ils ne disposent maintenant que de fallacieux simulacres. Ils ne contrôlent rien jusqu’aux desperados qui les ont faits rois…On nous sert sur un plateau d’argent des affrontements intercommunautaires, une guerre de religion. Un génocide est en train de germer sans que personne ne semble s’en préoccuper pour tuer le mal dans l’oeuf.

Toute la classe politique centrafricaine qui a sauté sur l’occasion Seleka pour se débarrasser du dictateur Bozizé et qui maintenant est aux affaires est incapable de trouver une solution à la crise.

La classe politique centrafricaine est nulle de chez nul. Bozizé était l’unique obsession des représentants de cette classe, ils se sont alliés à la Seleka pour le faire partir. Aujourd’hui qu’ils sont associés à la gestion de l’Etat, ils ne sont capables de rien d’autre. Etre aux affaires voilà toute leur préoccupation, maintenant, ils n’ont aucune solution de sortie de crise. N’importe quel crétin sait qu’il faut toujours avoir un plan B, eux n’en ont pas. Leur plan, c’était faire partir Bozizé grâce à la Seleka et gagner les élections à la fin de la transition. Ce plan est en train de couler et ils sont incapables d’en échafauder un autre.

Le Centrafricain reste donc seul face à son destin qu’il doit prendre en main. Le Centrafricain musulman, chrétien, athée, animiste doit se lever comme un seul homme pour trouver une solution à son problème. L’attentisme de ce peuple l’exterminera. Il faut, impératif absolu que le Centrafricain lui-même trouve la solution avant que cela ne devienne trop tard…

Une réflexion au sujet de « La RCA est-elle victime d’un complot international ? »

  1. Ping : Centrafricains, partageons-nous la responsabilité dans le drame de notre pays ? - Le quotidien du Banguissois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *