Top trois des pays qui meritent une médaille en ce mois de Juin

J’en ai vu des choses ce mois de Juin 2013, ayant été de passage dans nombre de pays j’en reviens plus que convaincu : Le monde est loin d’être un village planétaire.

Une chose est sûre, la vie ne se résume pas à ce que nous voyons autour de nous mais au-delà des monts qui bordent nos horizons il y’a tellement de gens intéressantes qu’on aimerait rencontrer, des choses qu’on aimerait découvrir et des situations qui pourraient faire école.

j’ai décidé de décerner des médailles à trois des nombreux pays que j’ai eu le privilège de visiter pour les particularités qui y ont retenu mon attention . Trois pays qui sortent du lot et qui méritent qu’on s’intéresse à eux pour un détail ou un autre. voici le classement  de nos heureux lauréats:

Médaille de bronze, à la troisième marche du podium la RCA mon pays. Pas que je sois chauviniste et veuille coûte que coûte gratifier mon pays d’une médaille mais jugez par vous-mêmes. Primo, c’est là où j’ai commencé mon périple du mois de Juin. Secundo ce qui est exceptionnel et mérite d’être souligné c’est qu’en Centrafrique on a dépassé le stade de la politique genre et autre concepts du même acabit. Nous avons atteint un niveau supérieur quant à la participation citoyenne. C’est celui d’associer les enfants à la gestion de l’état. Sous d’autres cieux ils fixent l’age de vote à partir de 18 ans, chez nous même à 8 ans vous participez au changement politique, avec une kalachnikov et un trop plein de drogue. La coalition rebelle qui a prit le pouvoir le 24 Mars 2013 en Centrafrique est constituée en majeur partie d’enfants soldats.

Quatre mois après le coup-d’état, la porte de certaines écoles primaires restent hermétiquement fermées dans la capitale et sur l’ensemble du territoire, les parents craignent encore que leurs enfants soient kidnappés . Mais en Centrafrique cela ne pose pas grand problème, on a pas besoin d’aller loin dans les études pour participer au changement, nous avons érigé les putsch en mode d’alternance politique.

Mon pays n’arrêtera pas de m’étonner, c’est une nation unique en son genre,

La Seleka s’évertue à démontrer à qui l’aurait ignoré qu’elle est constituée de véritables desperados. Le President de la transition a beau affirmer que depuis l’arrestation du Ministre Dafane le pays se porte mieux, Hier encore pour sauver la mise du gouvernement le procureur de la République a promis qu’une enquête sera ouverte pour déterminer les auteurs de l’assassinat de 9 personnes. Seulement tous les jours que le bon Dieu fait il y’a des enlèvements, des meurtres capricieux en RCA. En même temps la situation sécuritaire de la RCA est catastrophique, en même temps l’unique préoccupation des nouvelles autorités de ce pays et de toute la classe politique centrafricaine ainsi que des intellectuels centrafricains demeure le partage du gâteau. Tous les jours des décrets de nominations, des arrêtés ministérielles tombent pour mettre de nouvelles têtes aux postes juteux. Apres les nominations de nouveaux préfets, de nouveaux Directeurs Généraux à la tête des quelques sociétés étatiques, de nouveaux Centrafricains dans les institutions sous régionales telles la B.E.A.C, Michel Djotodja s’attaque à-présent à la nomination de nouveaux fonctionnaires dans les représentations diplomatiques centrafricaines à l’étranger. Cerise sur le gâteau, en plus de débarquer sans feuille de route, sans projet politique, sans un rond et laisser sa horde de bandits piller le peu de richesse du pays, Djotodja s’en va prendre des directives chez Blaise Compaoré pour diriger son pays. J’ai un ancien camarade de classe(on a composé le Baccalauréat la même année), parmi les membres du nouveau gouvernement, j’ai croisé, interviewé et discuté avec ces gens je comprends aujourd’hui tout le sens du terme : pilotage à vue.

Je décerne la médaille d’argent à la France, ma première destination en ce mois de Juin. Voir la France et sombrer dans l’oubli tel est le titre du film dans lequel j’aurais pu tourner. J’ai croisé des centrafricains qui ont passé plus d’une décennie en France sans papier, sans boulot stable et qui dépensent le strict nécessaire qu’ils gagnent dans les soirées africaines. Rentrer au pays de plein gré ne fait pas partie de leurs projets. Ils savent qu’ils n’ont pas une aiguille au bled et que revenir habiter la maison familiale serait une honte nationale d’autant qu’ils n’ont jamais transféré un sou à personne.

On m’a traité d’imbécile quand j’ai dit que je rentrais la semaine suivante. La France est l’eldorado, on galère pour y entrer( j’suis d’accord sur ce coup) mais quand on a la chance comme moi d’y aller la dernière chose à laquelle n’importe quel crétin songerait c’est de la quitter de plein gré. paris

-Non mais t’es sérieux? Tu ne vas tout de même pas y retourner dans cet enfer ? Me dit-on .

-Oui, chez moi en ce moment ça chauffe mais c’est notre pays après tout, il faut bien participer à le reconstruire, apporter chacun sa petite pierre à l’édifice non ?

-Arrêtes de jouer aux héros, il n’ya aucune raison de retourner dans ce bourbier, d’autant que toi t’es un journaliste qui dénonce ces choses dans tes émissions, tu as fait objets de menaces, tu peux demander le statut de réfugié. Il y’a même une recommandation des Nations-unies qui interdit le rapatriement des centrafricains où qu’ils se trouvent en ce moment à cause de la situation sécuritaire.

Presque tous mes compatriotes et même des membres de ma famille m’ont sorti de solides arguments pour m’inciter à rester en France. je me demande si c’est parce que j’ai fait des émissions sur la question des centrafricains sans papiers en Europe et qu’ils veulent un jour me rire au nez en disant finalement toi aussi tu n’as pas résisté à la tentation ?

Décidément les gens qui restent illégalement en France sont plus souvent manipulés par leur proches. On m’a fait miroiter la belle ville de Paris et mille autres raisons pour ne pas remonter dans l’avion en direction de Bangui.

J’avoue qu’au premier coup de feu que j’ai entendu à mon retour à Bangui j’ai murmuré : Bienvenu en enfer blogueur centro.

La France mérite sa médaille d’argent, l’une des questions que plusieurs amis m’ont posé est celle-ci : -Tu t’es au-moins tapé une blanche j’espère ?

Parceque si je me suis permis de quitter la France si belle si attrayante après deux semaines et que je suis parti sans me taper une blanche, je dois vraiment être à leurs avis le roi des crétins.

-Alors tu t’es tapé une blanche blogueur centro ? Ne comptez pas sur moi pour vous faire le récit de mes aventures libidinales.

Médaille d’or, j’ai nommé Champion l’Ouganda le pays où un dollar fait 2500 Shilling la monnaie locale. En faisant du shopping pour une fois j’ai dépensé un million…de shilling. Ce pays n’est pas fait pour le pauvre francophone que je suis. Ils roulent à gauche, volant à droite, leur taxi sont des mini-bus, leur policiers sont habillés en blanc et je m’efforce tout de même à leur parler anglais mais y’en pas un pour me répondre quand par reflex je lui dit bonjour. taxi ougandais

L’Ouganda, un pays qui fait mentir Bozize qui pensait qu’il fallait exploiter le pétrole centrafricain pour développer le pays. La principale ressource de l’Ouganda c’est l’agriculture, ils viennent de découvrir un site où il y’aurait du pétrole mais le pays de Yoweri Museveni n’exploite ni diamant, ni aluminium, ni or. Cependant j’ai été jusqu’à Gulu une province du nord de l’Ouganda on m’a logé à « Bomah », un hôtel 4 étoiles alors que Bangui la capitale de la RCA ressemble plutôt à un village. Dix ans jour pour jour le très intelligent Bozize et sa clique attendaient l’exploitation du pétrole pour transformer ce pays avec une baguette magique. Le milliardaire Bozize et les membres de sa famille, ainsi que les nostalgiques de son régime suicidaires font encore courir la rumeur de son retour imminent, mais bon l’espoir fait vivre. Laissons les rêver, notre General national a prit ses jambes à son cou. En dix ans il n’avait pas pu restructurer et former une armée républicaine ce n’est pas aujourd’hui qu’il reviendrait en héros. Bozize en a fait voir de toute les couleurs aux centrafricains et la dernière chose qu’aucun d’eux souhaiterait c’est le retour de ce Monsieur qui s’est longuement évertué à démontrer son incapacité à gouverner un petit état de moins de cinq millions d’habitants. La LRA de Joseph Kony a été chassée de l’Ouganda par l’UPDF l’armée Ougandaise, aujourd’hui ils sévissent en RCA parcequ’il n’ya pas d’armée en Centrafrique.

Apres nos trois lauréats j’ai envie d’évoquer mon aventure Camerounaise, je ne peux m’empêcher de le faire. Comment parler de mon périple du mois de Juin en oubliant Douala et ses poissons fumés, ses canettes de heineken, ainsi que ses filles super canons ? Douala la ville magique dont je suis tombé amoureux comme les milliers de centrafricains qui s’y sont réfugiés depuis le 24 Mars 2013. Comment oublier les taximen, les bendskiner( moto taxis), l’aéroport International de Douala et son dernier contrôle avant embarquement ? Apres avoir passé toutes les formalités, on attendait tranquillement dans la salle d’embarquement l’heure où on nous dira d’aller monter dans le Boeing d’Ethiopian airways quand débarquaient brusquement des corps habillés, je ne saurais dire exactement si c’était des douaniers ou des policiers. Sur leur instruction nous sommes sortis de la salle avons formé une queue, chacun avançait avec son bagage à main. Une dame, les mains habillés de gants fouillait de fond en comble nos valises. j’allais protester en disant que nos bagages avaient déjà été contrôlés mais bon laissons faire. Je voyage léger, je ne transporte que mes vêtements et quelques livres dans mon troller donc je n’ai rien à craindre, je ne vais qu’observer.

Erreur, après avoir constaté que ma valise ne contenait que mes vêtements la dame décidait qu’elle était très lourde pour aller en cabine, je protestais :

-Mais Madame ça avait été pesé par le personnel de la compagnie et vous vous n’avez même pas de balance.

Crime de lèse majesté…

-puisque ce sont les gens de la compagnie qui viendront vous faire monter dans l’avion… D’abord mettez vous déjà de côté et laissez passer les autres…

-Bon c’est comme vous voulez je me mets de côté.

Elle se ravise et lance à mon endroit sur un ton mi-conciliant, mi menaçant :

-Monsieur ici c’est le dernier contrôle qui vous fera monter ou non dans l’avion au-lieu d’être souple vous voulez créer de palabres ?

Effectivement j’ai vu des chinois, des asiatiques pour la plupart être conciliants avec quelques billets de dollars. La dame trouvait par exemple que les raquettes d’un indien devaient faire partie des bagages en soute, et donc elle les confisquait. Le Monsieur tenait tellement à ses rackettes qu’il les a remis dans sa valise après avoir donné quelques dollars.

Elle fini même par être totalement conciliante en me disant « pourquoi t’es dur comme ça, en tout cas aujourd’hui tu vas m’acheter du soda avant de partir. »a J’aurais jamais fait ça mais bon, j’ai déjà passé trois nuits imprévus à Douala et pour ne pas déclencher la colère de mes boss qui m’attendaient pour une formation en Ouganda, je glissais un billet de deux mille francs CFA à la dame avant de filer…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *