Y’en a marre des pseudo-patriotes centrafricains…

Article : Y’en a marre des pseudo-patriotes centrafricains…
11 juin 2013

Y’en a marre des pseudo-patriotes centrafricains…

Je suis partagé entre la rage de lâcher un coup de gueule et celle de pleurer sur la naïveté déconcertante de mes compatriotes. Le Centrafricain est un peuple attentiste loin d’être maitre de son destin. Longtemps embouteillée dans l’analphabétisme, une ignorance aveugle qui l’empêche de voir plus loin que le bout de son nez. Sa seule préoccupation étant de trouver de quoi remplir son ventre pour la journée, de se saouler à l’eau de feu et de s’accoupler avant de glisser sans se poser d’autres questions dans les bras de Morphée.

Cependant ce qui me déprime le plus c’est l’indicible effronterie de ces prêcheurs de patriotisme ou l’autre facette du ridicule centrafricain. Je parle là des mouvements qui se créent, se forment et fourmillent comme des champignons sur  les réseaux sociaux avec des appellations pompeuses. : Mouvements Révolutionnaires, patriotiques pour le changement en RCA, révolution populaire etc.

J’ai envie de crier « y’en a marre d’être invité aux groupes de discussion patriotique,  pages de militantisme politique, de soutien au peuple centrafricain ». Marre d’être tagué sur des déclarations, des lettres ouvertes et autres mémorandums.

De la pure bêtise n’est-ce pas ? Des Centrafricains que le hasard de la vie a disséminé ça et là en Afrique de l’Ouest, au Maghreb, en Occident qui se cachent derrière l’écran de leurs ordinateurs bien au chaud à l’abri des balles perdues et qui se prennent pour des révolutionnaires avec la prétention de changer la destinée du peuple centrafricain. Ce sont des masturbateurs cérébraux pour la plupart d’entre eux. Coupés de la réalité du pays, complexés d’être centrafricains, et ne sachant quoi faire ils courent lâchement les plateaux de télé, polluent les réseaux sociaux avec des appels insensés à la révolte.  Le centrafricain a besoin de concret.

Tu parles de révolutions ? Ok ! Mais ça se passe au bled frangin, reviens on va dénoncer les choses ensemble.

Et même ici au bled, toi qui te caches derrière un sms anonyme et qui appelle les Centrafricains à se lever pour réclamer la sécurité, le respect des droits de l’homme. Pourquoi ne sors-tu pas de ta cachette et cries cette vérité à qui veut l’entendre ?
On est d’accord que ce ne sont pas ces pseudo associations de la société civile qui sont légion au pays, prêtes à s’accoquiner aux autorités pour avoir leur part du gateau et qui ne gueulent que quand elles ne sont pas invitées à la table qui réclameraient et obtiendraient le salut du peuple centrafricain.

J’ai été à Dakar, la capitale d’un pays où à une époque les gens en avaient marre. Ils se sont levés sans qu’on les aient soudoyé. Ils ont marché, manifesté, organisé des concerts pour réclamer un peu de respect de la part des politiciens qui voulaient faire d’eux les dindons de la farce.

Je suis revenu du Sénégal avec une conviction : On peut adapter en Centrafrique ce qui a marché au Sénégal. C’est notre seule chance de donner un avenir à une nation qui a passé 50 ans de misère dans un pays qu’on dit très riche. Notre seul salut : Une armée de civils qui ferait taire les bruits des détonations par leur concert. Des musiciens, rappeurs, blogueurs, une bande de braillards qui scandent : Plus jamais ça en Centrafrique.

On voudrait tous que Michel Djotodja et aucun autre acteur de la transition, ne se présente aux élections presidentielles à la fin de la transition. On voudrait tous qu’il n’y ait plus jamais de coup d’état, de pillages, braquages, viols etc. Qui ne rêve pas de voir les auteurs des exactions commis lors de la prise du pouvoir par la coalition Seleka (sinon leurs principaux responsables) répondre de leurs crimes devant la justice ?

J’en ai rêvé un instant et me suis dit : Il faut que ce peuple fasse du bruit et se lève comme un seul homme pour réclamer ses droits dans le strict respect des lois.

Ce jour là, les tortionnaires et autres oppresseurs du peuple centrafricain trembleraient. Gars aux démagogues, les politiciens véreux et autres « valets locaux ».

Une petite voix se lèvera un beau jour, deux, trois mille, quatre millions d’autres voix se joindront à elle… Ils vont vous botter le cul.

Mais Il faut se réveiller, tout cela reste un rêve. A moins que ce peuple sorte de sa léthargie, que tout ce beau monde veuille et obtienne le respect.  Viens avec moi à Bangui si t’es aussi patriotique que tu le dis tonton. Tu sais que je peux te donner la possibilité de parler de tes idées à des milliers de Centrafricains, à ce moment seulement ton histoire aura un sens, si tu n’es pas capable comme moi de remonter dans un avion et repartir at home, sweet home alors… pourquoi ne laisses-tu pas les gens tranquilles. Ceci dit, y’en a marre d’être invité à ces groupes de discussions, ces pages patriotiques ou révolutionnaires.

Partagez

Commentaires