Centrafrique: Abattre la population ne semble gener personne…

Article : Centrafrique: Abattre la population ne semble gener personne…
3 octobre 2012

Centrafrique: Abattre la population ne semble gener personne…

Tirer sur les centrafricains est l’exercice favori de la garde prétorienne chargée de la protection du Chef de l’Etat. Ces militaires qui s’illustrent en véritables desperado n’hésitent pas à user de leurs armes de service pour abattre les civils pour des affaires banales. En l’espace de trois semaines seulement, au moins une dizaine de personnes ont été abattues froidement dans le quartier résidentiel de la capitale centrafricaine.

Le dernier événement en date remonte dans la soirée du 30 Septembre 2012. A l’origine du drame, deux éléments Tchadiens de la garde présidentielles saouls comme il n’est pas permis menaçaient avec leurs armes une jeune femme qu’ils essayaient en vain de draguer. Les jeunes du quartier qui ont voulu s’interposer se sont vus menacés à leur tour. C’est sur ce qu’arrive un officier de la gendarmerie qui a voulu calmer tout le monde. Les éléments de la garde présidentielle qui selon certains témoins disent « ne traiter qu’avec le Chef de l’Etat » ouvrent le feu et appellent deux véhicules en renfort. Bilan : 8 morts dont six civils et deux militaires suite à un accident de voiture.

Moins d’une semaine à l’arrière, le 26 septembre toujours au PK12, deux personnes ont trouvé la mort après une dispute qui a opposé un élément de la garde présidentielle avec un jeune de la localité. Il poignarde le jeune homme, se sentant menacé par la population et les gendarmes qui accouraient dégoupilla sa grenade qui le tue avec une autre personne et fait des blessés graves.

 

Le 15 Juillet 2012 ce sont deux gendarmes qui ont été abattus de sang froid au complexe sportif 20.000 places par pure vengeance.   Drame survenue après une altercation entre deux éléments Tchadiens des forces de la police constituée de la FOMAC pour une histoire de femme. Les gendarmes en faction dans le secteur sont intervenus pour calmer les deux belligérants. L’intervention a dégénéré en échange de tir, un élément Tchadien y laisse sa peau et en représailles ses compagnons sont partis abattre de sang froid  deux gendarmes en poste à la Direction de la Sonatu dans la Concession du Complexe sportif.

De mémoire de centrafricains il n’y’a eu aucune suite judiciaire à toutes ces affaires criminelles. Ceux qui ont prêté sermon de protéger le peuple centrafricain laissent  les gens l’exterminer à petit feu sans broncher. Plus que le silence complice, les autorités traitent avec beaucoup d’honneur les plus grands assassins des centrafricains.

Le commissaire du gouvernement a requis des peines d’emprisonnement ferme allant de 3 mois à un an contre les militaires qui ont comparu le 29 Septembre 2012 devant le Tribunal Militaire Permanent dans l’affaire d’évasion des deux épouses du chef rebelle Tchadien Baba Ladé. Le procès est mis en délibéré le 04 août prochain.  Bon, après on a envie de se dire que ce qu’ont fait ces gens n’est pas la pire des choses en matière de trahison envers le peuple centrafricain

Baba Ladé l’un des plus grands tueurs de centrafricains de ces dernières années escorté de deux ministres et du Médiateur national est raccompagné chez lui sans être entendu par un juge d’instruction.  On est entrain de s’activer à rapatrier sans aucune forme de procès tous ses complices et pendant ce temps, on veut enfermer des gens parce que sa femme dont ces derniers avaient  la garde aurait fui ? Rechercher l’erreur.

A ce jour aucune réaction officielle des autorités ne serait ce que pour présenter des condoléances aux familles éprouvées suite aux démonstrations de puissance des éléments de la garde présidentielle.

Partagez

Commentaires