Archives par étiquette : MISCA

La Centrafrique sous les feux de la rampe le 3 avril à RFI

Quatre mois après le début de l’opération conjointe Sangaris et Misca, quel bilan peut-on faire de la crise en Centrafrique? Trois mois après l’élection de Catherine Samba-Panza à la présidence de la transition en Centrafrique, peut-on parler d’un début de retour à la normalité ? Est-il trop tôt pour parler de réconciliation nationale ?

Radio France Internationale fait le point sur la sécurisation, le processus de la réconciliation et le retour à la normalité en Centrafrique ce jeudi 3 avril 2014. Tout le programme de cette journée fil rouge sur RFI à la fin de ce billet, programmes que je suivrais et live-tweeterai sur le Hashtag #RcaRfi. Mais avant tout une petite analyse personnelle s’impose.

Point sur la situation en Centrafrique

Notons tout d’abord que jusqu’ici l’Europe ne semble pas très pressée d’envoyer des troupes en RCA comme promis. L’ONU, hésite, se réunit, publie des communiqués, mais les forces onusiennes en Centrafrique ne sont visiblement pas pour bientôt. Pendant un moment la Crimée a carrément volé la vedette à la Centrafrique. Continuer la lecture

Place de la reconciliation

La Centrafrique en 7 diapos ou la chronique d’un pays au bord du gouffre

Diapo N°1 :  La RCA est une jungle peuplée de quatre millions et demi de gibiers à la merci de plus de 20.000 hors la loi appelés ex-Seleka. Cette coalition étant officiellement dissoute par son chef, l’actuel président de la transition Michel Djotodja.

J’exagère ? Voyez plutôt, une semaine à Bangui: lors d’un braquage d’une moto par deux ex-Seleka, l’un des deux braqueurs a lâché une grenade tuant une jeune femme et blessant plusieurs autres personnes du quartier Castors. Ont été assassiné un ex FACA (Forces Armées Centrafricaines) dans le quartier Miskine par des éléments de l’ex-Seleka, dans la foulée un français a prit une balle ; un élément des FACA dans le 4e arrondissement ; et un Magistrat. Plusieurs concerts de tirs à l’arme automatique ont retenti le soir dans le 5e arrondissement, selon les humeurs d’un Colonel de l’ex-Seleka.

Diapo N°2 : Au vu de ce qui précède, on comprend bien que le très médiatisé désarmement des éléments de l’ex-Seleka a accouché d’une souris. Ces mecs sont toujours armés jusqu’aux dents et sèment la terreur à Bangui. Les forces de défense et de sécurité n’ont pas d’armes pour se défendre quand les braqueurs, pilleurs et assassins de l’ex-coalition sont lourdement armés et font ce qu’ils veulent. Cherchez l’erreur…

Diapo N°3 : La Centrafrique a besoin en urgence d’une force de maintien de la paix neutre et capable de tenir en respect la nébuleuse ex-Seleka. La MISCA (Mission Internationale de Soutien à la Centrafrique), si elle est commandée et constituée en majeure partie des forces de la CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale), on est loin d’être sorti de l’auberge. Jetez un coup d’oeil sur ce qui se passe en Centrafrique : no comment comme disent les anglais… La Force militaire d’Afrique centrale ne pourra résoudre le problème. Continuer la lecture