Archives par étiquette : France

Immigration : l’Europe craint l’invasion des extra-terrestres

Je me suis rendu à la manifestation de soutien aux migrants expulsés manu militari sous le métro aérien du boulevard de la Chapelle, pas vraiment dans le but de manifester, mais j’ai voulu comprendre ce qu’il se passait. Ces derniers jours, le débat politique, les Unes des journaux et l’opinion publique en général se sont polarisés sur la problématique des migrants. On en parle comme de l’invasion des extra-terrestres. L’Europe a peur des migrants… J’ai voulu comprendre cette psychose qui s’est emparée de la population.

Manifestation de soutien aux migrants du boulevard de la Chapelle.

Qui sont les migrants du boulevard de la chapelle ?

En quittant la manifestation, je suis allé discuter quelques minutes avec l’un de ces migrants. Il vient de l’Érythrée. Une dictature militaire dirigée d’une main de fer depuis deux décennies par Issayas Afewerki. En 2012 et 2013, l’équipe nationale de football profite des rencontres internationales pour demander l’asile politique en Ouganda et au Kenya. L’athlète qui représente l’Érythrée aux Jeux olympiques de Londres demande l’asile politique, et la même année le ministre de l’Information de ce pays profite d’une mission en Allemagne pour s’exiler. Pour l’Erythréen lambda, sortir du pays tient presque de l’exploit. Ce pays est une prison à ciel ouvert, les militaires ont ordre de tirer à vue sur ceux qui tentent de passer la frontière. Ces jeunes fuient entre autres le service militaire à durée indéterminée, les travaux forcés, etc. Asmara bafoue tous les droits humains et les libertés individuelles. Depuis plusieurs années ce pays arrive en dernière place au classement mondial de la liberté de la presse et détient le record du plus grand nombre de journalistes emprisonnés sur le continent africain.

Avant la crise libyenne, les réfugiés érythréens en quête d’un avenir meilleur n’avaient que le passage du Sinaï. Une zone de non-droit entre l’Égypte et Israël, où ils sont souvent kidnappés, vendus et revendus comme esclaves. Certains finissent dans des fosses communes et ce n’est qu’une toute petite partie qui arrive aux portes de l’Europe.

L’Otan et la piste libyenne

Quand Nicolas Sarkozy a eu l’outrecuidance de sortir son allégorie de la fuite d’eau, en parlant des migrants, je me suis dit que quelqu’un devrait lui rappeler que le passage libyen a été ouvert grâce à sa petite guéguerre menée contre Mouammar Kadhafi. Heureusement pour l’Espagne que le Maroc n’a pas connu les joies du  » printemps arabe  » , autrement le détroit du Gibraltar et les côtes espagnoles connaîtraient les mêmes flux migratoires que la péninsule italienne. La guerre a un coût et ces Messieurs de l’Otan qui ont déstabilisé toute une région n’ont pas pris le soin de mener leurs actions jusqu’au bout en instaurant des États de droit et la stabilité dans ces régions. Au lieu de surfer sur la vague du populisme pour ratisser l’électorat de l’extrême droite, certaines personnes devraient faire profil bas vu leurs actions par le passé qui contribuent à la situation désastreuse actuelle.

Face à la crise économique dans la zone euro et probablement à cause de la recrudescence du terrorisme, nous assistons à une montée en puissance des mouvements d’extrême droite qui désignent les migrants comme l’un des pires problèmes auxquels l’Europe est confrontée. En France où la gauche est au pouvoir, le gouvernement essaie de durcir le ton pour montrer à la population qu’il ne reste pas les bras croisés comme l’insinue l’extrême droite. C’est une véritable guerre de déclarations chocs par médias interposés.

L’Europe submergée par les migrants ?

Le Liban, le Pakistan, l’Iran et la Turquie arrivent en tête des pays qui reçoivent le plus grand nombre de réfugiés. Ces pays reçoivent des millions de migrants qui sont la conséquence des guerres qu’ils n’ont pas déclenchées. Le Liban accueille des millions de réfugiés syriens. Paradoxalement l’Occident qui mène des guerres et vend des armes, panique et s’affole parce que quelques milliers de réfugiés fuyant ces guerres arrivent sur ses terres.

En prétextant la destruction d’armes biologiques et le combat contre des régimes totalitaires, Georges W. Bush, Dick Cheney, Nicolas Sarkozy et compagnie ont mené des politiques va-t’en guerre, déstabilisé des régions entières, sacrifié des vies innocentes, brisé des familles, etc. Aujourd’hui personne ne leur demande des comptes, et même certaines personnes qui s’affolent i face à l’afflux des réfugiés ont salué ces guerres. Certaines personnes qui ont peur que des Libyens viennent prendre leur boulot ont pourtant acclamé l’invasion de la Libye.

Le migrant du pont de la chapelle avec lequel j’ai discuté ne parle pas français, ne sait même pas ce qu’est une allocation. Il ne veut pas demander l’asile en France, sa prochaine étape ? L’Angleterre. Là-bas y’aurait du boulot, même pour les sans-papiers, me dit-il avec une lueur d’espoir que je n’avais pas envie de briser en lui expliquant que des milliers de gens dans son cas attendent à Calais pour avoir la chance de passer outre-Manche…

Invité par Médecins du Monde Espagne pour faire un exposé lors d’une conférence sur l’immigration et l’intégration à Palma Majorque, j’ai demandé s’il y avait des migrants dans la salle… Il n’y en avait pas, j’aurais pu leur demander s’ils avaient franchi tous ces obstacles pour venir sombrer dans la prostitution, la drogue et la délinquance ? Beaucoup de pays sont le fruit de l’immigration : Les États-Unis, les Antilles, etc. Depuis la nuit des temps, les humains vont et viennent sur toute l’étendue de la terre pour une raison ou pour une autre.

Actuellement, l’Europe parle des migrants avec tous les stéréotypes qui vont avec, et surtout sans les associer. Ils sont exclus des débats. Tout ce qu’on voit en eux ce sont des réfugiés, des problèmes qu’il faut résoudre.

Le jour où on les verra comme des humains qui ont une éducation, une histoire, des potentialités qu’ils peuvent mettre au service du pays d’accueil, l’immigration pourra être expérimentée comme une chance tant pour le pays d’accueil que pour l’immigré.

Je sais ce que c’est que d’être réfugié, de tout perdre du jour au lendemain, de vivre avec certaines angoisses… Mais plus encore combien il est difficile de tourner la page et d’essayer de vivre une autre vie malgré tout… avec des stigmates et les clichés qui ont la vie dure. Même si on avait du mal à se comprendre, j’ai quitté l’Erythréen avec le sentiment d’avoir discuté avec un humain, qui n’a rien d’un extra-terrestre…IMG_3595

Journalistes réfugiés en France : faut-il changer de métier pour survivre ?

Fuyant la répression dans leur pays d’origine pour trouver refuge à Paris, d’innombrables journalistes se retrouvent confrontés au problème du chômage. Le métier de journaliste en France est-il réservé aux Français ou ressortissants d’école de journalisme en France ? Samy Daina, caricaturiste et dessinateur de presse réfugié politique à Paris depuis 2008, nous raconte son expérience.

Arrivé à Paris en plein hiver de l’année 2008, Samy Daina a été accueilli par la Maison des journalistes. Une association qui accorde logement et accompagnement pour une durée de six mois aux journalistes réfugiés en France. Samy a obtenu son statut de réfugié politique il y a 6 ans. Et depuis, il vivote et peine à tirer son épingle du jeu. Ce dessinateur de presse est le seul des quatre anciens résidents de la Maison des journalistes que nous avons contactés qui a accepté de répondre à nos questions. Continuer la lecture

Sécession et populisme : le même scénario partout, même en France ?

Populisme et sécession vont de pairs, et tous les leaders en panne d’arguments pour parvenir à leur fin ont mis cette corde à leur arc. Quand on regarde ce qui se passe aux quatre coins du globe les scénarios sont étonnements semblables.

Il est difficile de trouver une population homogène qui se ressemble en tout point. Et tout un peuple n’est jamais séparatiste. Il y a toujours quelques agitateurs de masse, quelques meneurs animés par des intérêts qui ne disent pas leurs noms qui mettent en avant des arguments identitaires, culturels, linguistiques ou raciaux pour prôner et justifier la séparation.  Ces alibis ne sont souvent que la face visible de l’iceberg. Quand on regarde tout cela de près, il y a toujours des intérêts économiques, stratégiques ou géopolitiques qui se cachent derrière ces arguments. Et il faut plus que de simples harangues pour réussir dans cette entreprise. Seules de grandes puissances ont la capacité de créer les conditions pour valider et entériner les volontés de partition. Le menu principal du cocktail, c’est le populisme.

Le populisme désigne la diversité de la société comme la source principale du malheur de la partie qu’il prétend défendre et en même temps explique que ce sont les dirigeants qui tolèrent cette injustice. Si on se sépare de l’autre, on règle avec une baguette magique tous nos problèmes. Un bon discoureur qui scande, martèle et répète cela à une mère dont les enfants crèvent de faim, à un ouvrier endetté, à un fonctionnaire qui n’arrive pas à joindre les deux bouts est presque sûr de susciter la méfiance, la colère voire la haine contre le voisin. Ces personnes commencent à observer le voisin et naturellement lui trouveront des défauts (On en a tous). Et bingo, c’est lui depuis le début. Tout est sa faute, il faut s’en séparer au pire l’éliminer. Le discoureur a trop raison, le diable c’est le voisin. Déjà le fait qu’il soit différent est suspect. Cela doit être génétique, ses défauts c’est en fait dans sa race, c’est dans leur gêne, leur culture de merde. Ils ont toujours été comme cela. La preuve il irritait déjà mes arrière-grands-parents. Et les populations oublient qu’ils avaient vécu ainsi depuis des générations malgré leurs différences. Continuer la lecture

La RCA est-elle victime d’un complot international ?

Il y a des choses que je ne comprends pas et qu’il faudrait peut-être qu’on m’explique. D’une part, nous sommes en face d’une situation qui pourrit chaque jour, de Bossangoa à Bangassou en passant par Bouar… Des villages entiers sont vidés de leurs habitants. Des populations fuyant les atrocités errent dans la brousse et vivent à l’état animal, les gens meurent de faim, de la maladie, du froid et surtout des Selekas.

Cela dure depuis six mois et la fin du calvaire ne semble pas pour demain. D’un autre côté les gens tiennent des discours, minimisent la situation , dénoncent parfois, condamnent de temps à autre, mais laissent faire… C’est un sablier qui s’émiette imperturbablement pour sonner le tocsin sur l’agonie finale d’une nation…

Dans mon précédent billet, j’ai parlé des personnes et entités de qui la solution ne viendra certainement pas. Mais là on est en droit de se demander si la RCA n’est pas victime d’un complot à l’échelle internationale ?

Tout observateur de la crise centrafricaine est tenté à un moment de se demander si la Seleka et ses principaux responsables ainsi que la Frocca de Bozize, Lévy Yakité et consorts ont-ils des accords secrets avec la communauté internationale ?

D’une part les responsables de la Seleka vivent paisiblement dans des hôtels de luxe et résidences de luxe qu’ils ont confisqué aux partisans de Bozizé partis en exil, pendant ce temps leurs éléments tuent, violent et pillent les populations civiles et personne ne les inquiètent. On leur demande de régulariser une situation qu’ils ne contrôlent pas. Continuer la lecture

Top trois des pays qui meritent une médaille en ce mois de Juin

J’en ai vu des choses ce mois de Juin 2013, ayant été de passage dans nombre de pays j’en reviens plus que convaincu : Le monde est loin d’être un village planétaire.

Une chose est sûre, la vie ne se résume pas à ce que nous voyons autour de nous mais au-delà des monts qui bordent nos horizons il y’a tellement de gens intéressantes qu’on aimerait rencontrer, des choses qu’on aimerait découvrir et des situations qui pourraient faire école.

j’ai décidé de décerner des médailles à trois des nombreux pays que j’ai eu le privilège de visiter pour les particularités qui y ont retenu mon attention . Trois pays qui sortent du lot et qui méritent qu’on s’intéresse à eux pour un détail ou un autre. voici le classement  de nos heureux lauréats:

Médaille de bronze, à la troisième marche du podium la RCA mon pays. Pas que je sois chauviniste et veuille coûte que coûte gratifier mon pays d’une médaille mais jugez par vous-mêmes. Primo, c’est là où j’ai commencé mon périple du mois de Juin. Secundo ce qui est exceptionnel et mérite d’être souligné c’est qu’en Centrafrique on a dépassé le stade de la politique genre et autre concepts du même acabit. Nous avons atteint un niveau supérieur quant à la participation citoyenne. C’est celui d’associer les enfants à la gestion de l’état. Sous d’autres cieux ils fixent l’age de vote à partir de 18 ans, chez nous même à 8 ans vous participez au changement politique, avec une kalachnikov et un trop plein de drogue. La coalition rebelle qui a prit le pouvoir le 24 Mars 2013 en Centrafrique est constituée en majeur partie d’enfants soldats. Continuer la lecture

Diaspora Centrafricaine : On ne veut pas de vous au pays…

Je grimpais hier dans un taxi pour me rendre à la radio sans trop me soucier des gens qui étaient à l’intérieur :

Le chauffeur, un trentenaire au crane rasé, rondouillard avec des yeux pétillants, une jeune femme les yeux cachés derrières des lunettes fumées, et à côté de moi à l’arrière du taxi un jeune homme bien sapé à l’allure de playboy. Apres que je sois monté et à peine que le chauffeur eut redémarré que ce dernier s’exclama : En tout cas, s’il ne tenait qu’à moi ces « je reviens » là, on les accepte plus au pays…Je tentais encore de comprendre ce trait d’esprit lorsque le « playboy » ajoutait : Je te dis, qu’est ce que ceux là peuvent même nous apporter de bien, si ce n’est encore qu’une autre invention pour avoir leur part du gâteau. Fini kodé fini kodé tchurrrr !!!!

C’est là que j’ai fait le rapprochement entre cette conversation et le lancement du mouvement FINI KODE. Je traduis presque mot à mot, «nouvelles manières de faire ». C’est un nouveau mouvement de la société civilecrée par les centrafricains de la diaspora. Ce mouvement vient de publier un manifeste qui dresse un sévère état des lieux de la situation sociopolitique du pays et demande en même temps l’adhésion de tous les centrafricains à ses idées. Continuer la lecture