Du virtuel au vrai, Kremlin-Bicêtre c’est comme sur le web

L’Internet n’a rien de virtuel. Quand on fait l’expérience d’échanger plusieurs mails avec des personnes qui se trouvent dans un autre coin de la planète, puis d’avoir un beau jour la chance de les rencontrer en vrai, et de découvrir les visages qui se cachent derrière les mails conviviaux qu’on reçoit. On se dit que finalement tout cela a été possible grâce à la Toile.

C’est sur Internet que j’ai su comment on appelle les Kremlinois et vice versa, ces gens ne me connaissaient que sur Internet. Moi ? Peut-être même juste la plateforme Mondoblog que je représente lors de ces visites ou dans le meilleur des cas mon blog et mes billets qui parlent de mon pays. Un pays qui se trouve à l’autre bout du monde, aussi loin de leur portée que l’est le palais de Poutine dont leur ville porte le nom.

« Voir Kremlin-Bicêtre et devenir témoin de Jéhovah », cela aurait pu être le titre du film de ma première visite dans cette ville._

L’an 2014, lundi 29 septembre. Déjà dix mois à prendre chaque jour le métro et à connaître à peu près toutes les correspondances. La première fois que j’ai fait le déplacement de Kremlin-Bicêtre, je me suis quand même trompé de direction et me suis trouvé sur la route d’Ivry. J’ai dû rebrousser chemin jusqu’à la station Place d’Italie pour prendre la bonne ligne.

Une branche du trajet va à Ivry et l’autre à Villejuif, il faut prendre le soin de vérifier l’itinéraire sur le tableau sinon on rate sa destination.

Décidément cette ville a fait le vœu de me donner des leçons… Désormais j’ai appris à observer. D’ailleurs je n’ai pas la prétention de connaître une ville en y passant quelques heures pendant 2 semaines.

Quand on sort du métro Kremlin-Bicêtre, on tombe sur deux longues suites d’immeubles modernes bordant une grande route mitoyenne. C’est la route principale, qui, en se pavanant vous emmène vers la capitale et à Ivry du côté opposé.

Les Kremlinois font les choses en grand, même le programme de notre visite est imprimé sur du papier glacé. Ils ne laissent aucun détail au hasard, et sont plutôt satisfaits de leur sort, car vivants dans une ville qui se trouve entre Paris et Villejuif, ils ne se réclament pas parisien encore moins Villejuifois, ils sont Kremlinois, point à la ligne. Le personnel de la mairie nous envoie à moi et à Marnie minimum deux mails par jour et nous appelle tout le temps pour s’assurer que tout va bien dans le meilleur des mondes.

Marie et Eugénie, les deux dames qui m’ont reçu à la sortie du métro m’abandonnent dans une salle en plein milieu de débataires dont la moyenne d’âge est de 60 ans. C’est une réunion qui prépare l’élection des membres du bureau consultatif des retraités.

Ils sont plutôt démocrates à Kremlin-Bicêtre me dis-je.

Bon, laissons ces septuagénaires à leur débat et sortons visiter cette fameuse ville.

Les Kremlinois ressemblent à tous les Parisiens, c’est une ville à première vue cosmopolite. J’ai croisé des Asiatiques, des Noirs, des filles voilées, des Blancs, etc. Et j’ai même été la proie d’un témoin de Jéhovah qui a voulu m’évangéliser. Un petit vieux qui connaissait la Centrafrique. Il me parle des compatriotes qu’il avait rencontrés dans sa jeunesse. Il était journaliste à l’Equipe, il m’a sorti sa vieille carte de presse de quand il avait 30 ans. Que de souvenirs émouvants.

IMG_2120

– La photo me ressemble encore n’est-ce pas ? Je dis oui plein d’admiration.

Il m’a tellement émerveillé que j’ai accepté de prendre ses brochures et de lui donner mon numéro de téléphone. Depuis ce jour, J’avoue que j’aurais aimé qu’il me parle d’autre chose, quand il m’appelle. – Tiens, du journalisme par exemple mais il s’entête à m’évangéliser en me parlant de sa salle de royaume, et sans que je lui pose la question tente de m’expliquer que les témoins de Jéhovah ne sont pas une secte…

– Mais je n’ai jamais dit ça, moi !

On ne parle que de ce qu’on connaît, même au tribunal on ne témoigne que de ce qu’on a vécu, lui est témoin de Jéhovah. Maintenant que j’ai croisé en vrai des Kremlinois, je peux témoigner que cette ville existe et aurait pu être juste un arrondissement de Paris. Tout cela grâce à Internet…

 

 

Une réflexion au sujet de « Du virtuel au vrai, Kremlin-Bicêtre c’est comme sur le web »

  1. Emmanuel VitusEmmanuel Vitus

    lol! Devenir témoin de Jéhovah, ce billet me rappel ma jeunesse avec un couple de témoin de Jéhovah qui passait m’annoncer la bonne nouvelle chaque jour jusqu’au jour où ils ont compris que je n’étais pas une brebis perdu. Bon billet en tout cas !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *