RFI s’implique dans le processus de réconciliation nationale en Centrafrique

Consciente de son importante audience au sein de la population centrafricaine, Radio France Internationale décide d’apporter sa contribution dans la résolution de la crise en Centrafrique. C’est ainsi que depuis deux semaines, on peut écouter des messages en sango (la langue nationale de Centrafrique) sur RFI. Précisément à 22h33 minutes heure de Paris dans l’émission de Claudy Siar, Couleurs Tropicales.

Tout commence quand la directrice de RFI, Cécile Mégie, me dit: « On souhaite faire quelque-chose pour la paix et la réconciliation nationale en Centrafrique. Nous voulons que cela s’adresse aux Centrafricains dans leur langue nationale, le sango. Réfléchissez à la meilleure de façon faire cela et proposez-nous. »

Le vrai challenge est qu’il ne faut pas que ces messages soient excluant, RFI est une radio mondiale. Comment s’adresser aux Centrafricains de manière particulière dans leur langue nationale sans exclure le reste des auditeurs qui suivent cette radio à travers le monde ?

Retour à l’Atelier des médias pour trouver le moyen de relever ce défi. Après avoir exploré différentes possibilités, nous sommes parvenus à une réflexion commune: les personnages publics (stars de la chanson, sportifs etc.) influent sur le comportement des populations. Beaucoup de personnes à travers le monde y compris en Centrafrique, aimeraient leur ressembler. Des messages de paix lancés par ces derniers auront un impact sur leurs fans.

La solution que nous avons choisi est de faire parler les artistes qui passent dans l’émission Couleurs Tropicales. Une célèbre émission, suivie par un grand nombre de Centrafricains.

Mais une autre difficulté s’est présentée: faire dire à des artistes qui ne parlent pas sango un message dans ce dialecte est à la fois compliqué et risqué. Compliqué parce que c’est une langue qui comporte beaucoup d’homonymes et un même mot (écrit de la même manière peut être prononcé de plusieurs façons avec des significations différentes). Par exemple : « sango » qui est la langue nationale de la RCA est différente de « san’go » qui est l’information. Il me vient à l’esprit, une anecdote qui peut illustrer cette explication. Fà seleka signifie se marier (conclure une alliance) et le verbe Fà veut dire tuer en sango. Du coup quand un animateur radio disait “Félicitations aux gens qui se marient » (fà seleka), c’était compris par ceux qui ne maîtrisent pas cette langue comme « féliciter les gens qui tuent des éléments de la Séleka ».

Finalement, nous nous sommes accordés pour que je traduise en sango les messages que lanceront les invités de Claudy. Il y a donc une version française (ou anglaise) et une version sango. Histoire que tout le monde s’y retrouve.

Après deux semaines, je vous propose dans ce billet trois plaidoyers en faveur de la paix en Centrafrique. Ces messages sont signés Beat Assailant, rappeur américain vivant à Paris, Faya Tess. artiste congolaise et Sia Tolno.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *