Repressions tous azimuts, Bangui lance des signaux inquietants…

Face aux innombrables crises sociales, au malaise sociale qui s’est emparé du Centrafrique, face au mécontentement de la population et aux grèves tous azimuts, le régime de Bangui donne des réponses plus qu’inquiétantes.

Des signaux qui laissent voir clairement une légalisation de la répression, une volonté avérée de réduire au silence toute opposition démocratique et tous observateurs de la vie politique du pays. C’est à se demander qu’est ce que Bangui a de meilleur que Damas  la capitale syrienne du tristement célèbre Bachar al assad. J’exagère ? Voyez plutôt :

Trois ans d’emprisonnement ferme et 150.000 frs Cfa d’amende, c’est le verdict qui a frappé les quatre partisans du candidat Desiré Nzanga Kolingba bilal qui ont manifesté pour protester contre les résultats partiels des élections législatives du 04 Septembre 2011 dans la deuxième circonscription du 5e arrondissement de Bangui.

5 ans d’emprisonnement ferme et 500 000 francs CFA d’amende chacun. C’est le verdict rendu le mercredi 31 août 2011, par le tribunal Correctionnel de Bangui contre 7 militaires retraités arrêtés lors d’une manifestation le jeudi 4 septembre 2011.

Ces militaires pointaient du doigt le Ministre délégué à la défense nationale Jean Francis Bozizé qu’ils accusent de détournement de fonds octroyés par l’Union Européenne pour payer leurs indemnités. Dans cette même affaire, deux journalistes Directeurs de publications Emmanuel Cyrus Sandi et Faustin Bambou ont été emprisonnés, puis acquittés par le tribunal alors que le procureur de la République avait requit pour chacun d’eux 3 ans d’emprisonnement ferme et un million de francs Cfa d’amende.

La grève des étudiants du 01 Aout 2011 s’est soldée par une forte répression de la police, qui a tiré à bal réel sur les étudiants, les traquant jusque dans le campus universitaire. Un étudiant a été admis à l’hôpital puis évacué au Maroc après avoir été atteint d’une balle.

Le 29 Septembre 2011 des coups de feu sont encore tirés, cette fois au Km5 précisément au quartier Camerounais. Les habitants de cette localité ont barricadé la voie publique pour réclamer l’électricité inexistante depuis 4 semaines dans leur secteur. Ces habitants disent en avoir marre de payer des factures pendant qu’ils n’ont pas d’électricité alors que dans certains quartier résidentiels, ils ont le courant 24h sur 24. En réponse à ce soulèvement de la population, une descente musclée de l’OCRB qui a tiré à balle réelle pour disperser les manifestants, et embarquer en masse les manifestants dans les pick-up de la police.

Dois-je aussi citer les jeunes non identifiés qui ont été soudoyés pour aller boycotter le meeting du FARE 2011 (Front pour l’Annulation et la Reprise des Elections de janvier 2011) , en lançant des cailloux sur les opposants ceci en présence des forces de l’ordre, ou même l’empêchement de la rentrée politique du MLPC?  La liste est loin d’être exhaustive…

 

Serait cette fin de « la récréation » dont parlait l’homme fort de Bangui dans son discours d’investiture le 15 Mars 2011 ? François Bozize en sonnant la fin de la recréation avait il conscience que son premier mandat n’était en réalité que 7 années d’impunité et de laisser aller pour ses proches ?

Depuis le 15 Mars 2003 la RCA est considéré tour à tour comme butin de guerre et comme un gâteau, qu’on se partage entre camarades.

Dès l’avènement du coup d’état les Centrafricains ont connu les nouveaux maitres de Bangui, les lieutenants ex-rebels qui se sont illustrés en véritable desperado, assassinant, extorquant de l’argent aux civils et transformant le pays en Far-West sans être inquiétés en quoi que ce soit. Il y’a des ministres qui sont ministres depuis le coup d’état du 15 mars 2003 et qui le resteront certainement jusqu’à la fin du régime de François Bozize. Qui, pour leur participation ou soutien au coup d’eta, qui pour ses liens de parenté avec le chef de l’état.

Ensuite Bangui essaie de contenter les uns et les autres, tous ceux qui peuvent les laisser tranquilles ont une place à la table du roi.

Enfin pendant que tous ceux qui dénoncent les exactions commises dans le pays sont traités de menteurs et sont constamment inquiétés, ceux qui savent dire les louanges du régime de Bangui sont nommées préfets, Directeurs généraux etc.

A quelle recréation le chef de l’état met-il fin ? Si des gens doivent être jugés et envoyés en prison ce ne doit pas être ceux sur lesquelles pèsent des accusations de détournements de deniers public, de crimes crapuleux, d’exactions sur la population et qui malheureusement continuent de le faire en se contrebalançant royalement des lois ?

3 réflexions au sujet de « Repressions tous azimuts, Bangui lance des signaux inquietants… »

  1. Ping : Mondoblog | Blog | Repressions tous azimuts, Bangui lance des signaux inquietants…

  2. Adrien

    Tu oublies naturellement de signaler dans ton article que ces militaires retraités ont séquestré le mediateur de la republique, et assiegé le siege de l’union européenne…Que la loi interdit les casses auxquelles se sont livrés les partisans de Desiré Kolingba et que les etudiants ont été manipulé par l’opposition….

    Répondre
  3. blogueurCentroBlogmandebangos Auteur de l’article

    Adrien mon frère! J’ai juste donné des faits, j’ai relaté une série d’arrestations et de répressions, sans essayer de justifier quoi que ce soit, en sorte que chacun se forme une opinion claire de se qui se passe actuellement dans notre pays. Par exemple: Je n’ai pas dit pourquoi et on sait tous que des noms d’étudiants fantômes ont remplacé les noms de vrais étudiants devant bénéficier de la bourse, que l’association nationale des étudiants centrafricains ont exigé le limogeage du directeur des bourses. Et donc si malgré cela tu y vois une manipulation de l’opposition…Justement en parlant de l’opposition, qui a manipulé les jeunes qui ont boycotté le meeting du FARE sous le regard des forces de l’ordre? Qui a empêché la rentrée politique du MLPC? Ne me fais pas rire mon frere !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *